07/09/2009

5. Djeûs d'gamins.ye

« Au djeû d'tirlibibi, on n'pierd jamais, on gâgne toudis »

A l'sézon des cèriges, on-intind fon qu'ça dèvins l'cour dè l'éscole pindint l'récréassion.
Dvins l'cour des grands, tout l'long du mur du fond, ène dijaine dè gamins.ye sont assis. Padvant ieûsse, au mitan d'in p'tit rond tracé à terre, i-z-ont fé in p'tit moncha d'poussière dè cindréye dè 5 cm dè haut avû l'coupète aplatie. Au d'zeûr, su in p'tit cayau plat, ène pièrète dè cèrige. A costé d'ieûsse, ène muzète plène dè pièrètes .In mète pu long, padvant ieûsse, ène ligne marque èle limite du djeû. Dè l'aute costé dè l'ligne, les djouweûs, tèrtous avû leu muzète à leû main.ye.

El règue du djeû, c'est d'cachî, in tapant avû n'pièrète, à abate èl'ciènnne qu'èsse-t'à l'coupète du p'tit moncha d'cintes.

In couminchant, les prix sont annoncîs pa les « marchands »: 2 pièrètes pou povoir djouwer 10 coups; on r'çoit 5 ou 10 pièrètes quand on a gagnî. A chaque coup raté, èle pièrète lancéye est pièrdue.
On compte les coups, on s'chamaille, on s'maltraite, on s'bat, on brait, mais, qué pléji!

 A l'fin.ye d'èle récréassion, èl champion est l'cî qui s'inrira à 4 heûres avû l'pu grosse muzète !
Les pièrdants èrvéront èl lend'min.ye avû in moncha d'pièrètes dè cèriges qu'on a mindgî au nûte à leû mézon yè d'aucuns,ye s'instal'ront putète à leû tour comme « marchands » !


 Vu à l'eûre d'audjordû, ça a l'air bièsse. Yè pourtant.....

Eyè vous, quoû c'què vos d'in pinséz ?

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)

24/08/2009

4. Pourmènades


1937_15

  Quand dj'avoûs chonq ans – deûs-ans d'vant l'guère 40- Scaussènne èstoût co in vré bia p'tit villâdge.

Come dji d'moroûs avû mes grands-parints yè mes parints d'vins n'mézon dè l'rue Haute a-yuss' qu'i n'avoût què 3 mètes dè djardin(ye), no maman mètoût m'pètit frère dvins s'vwatûre d'èfant yè nos-inmin-nous pourmènér in dèwoûr du villâdge chaque coup qu'i fèjoût bon.

Pou in arpèyant come mi, c'astoût l'mèyeû cadeau qu'on povoût m'fé: èm' lèyî couri dvins les pièssintes, à l'drève du comte ou bî aulon dè l'rivière, dè l'Follie djusqu'à l'dème.

C'astoût co l'temps qu'i n'avoût tauprès poû d'autos su les tchmin(yes), qu'o, léchoût pousser les coklikos yè les bleuwès dvins les tchamps, qu'on vèiyoût co les spinokes barlaurer dvins les yaus clères dè l'Sènète èyè qu'i n'avoût ni d'télévision pou tnu trankiyes les èfants au culot du feu quand i-z-avinne-tè fé leûs dvwârs.


Tous cès byas moumins, dji les ai racontés dvins n'tchanson:

Djolis cwins

1. Tout èfant, bî souvint no maman,      

     Pa lès bias d joûs d’èsté,

     nos min.noût pourmènér

D'vins lès vwéyes, dsu les vièrtès-uréyes

Tout-au lon dès vîs tchmins(ye)

Dè l’D me ou bî Trîré(ye).

Nos djouwines aus-Indiyens,

Nos ryînes à scafyées

Eyè nos stin’infin(ye) contins.

D'jolis cw ins(ye), vos-avéz sté témwins

D’in b ia bokèt dè m’vîye, dji n’l’oubli.ye nî !

Q uand on r’vènnoût, bî souvint in sinssî

Criyoût « Hô» pou no fé caressî ses tchfaux.

Djolis cwins(ye), vos m’rappèl’réz toudi

Mès p’titès joies d’gamin(ye),

Djolis p’tits cwins(ye).

2 . Bî pus târd, à quinje ou bî seize ans,

Pa in bia djoû d’printemps, dj’ai sté r’fé l’pourmènâde,

Dlé richot qui keûrt pinvî Trîré(ye),

In plène après-din.ner ,

Dji m’ai couchî dlé l’yau,

Eyè dj’ai ascouté,

Alintour dè leû nid

Deûx p’tits mouchons tchanter pour mi.

Is m’ont dit, dèvins leu n’arguèdin.ne

Què çà d’in valoût l’pin.ne d’ièsse amoureux

Quéques-ans après, dj’ai min.né m’fiancée

Pourmènér pinvî l’Déme yè Trîré(ye). A don...

Djolis cw ins(ye), vos-èréz, dj’in sû seûr,

Stés on n’pû contins d’vîr no boneûr.

3 . Quand, l’vièyèsse em’fra avoût l’balzin(ye),

On dîra qu’ça èst bièsse dè vîr voltî dès tchmins(ye).

Mais pour mi, pourmènnnér dvins les tchamps

Cà m’rappèl’ra m’djon.ne temps,

Tous mès sondges d’étudiant

Em’boneûr d’amoureux,

Y è in r’viyant m’d jon.nèsse

D j’èrai l’occasion d’yèsse contint

D ’jolis cw ins(ye) dji vos d îréz adieu

Espèrant què l’bon Dieû èm’fra l’pléji

E m’fra l’pléji, d’avoût fé l’paradis

Aussi bia què les p’tits cwins d’pachî, par ci.

Pac’qu’ainsi, dji les-èréz toudis,

Cà , çà sèra pour mi, èl’paradis.

Paroles : Marcel POLE T

Scaussènne, sètimbe 1959 .

Peut se chanter sur l’air de « Petite F leur »

Musique de Sydney BECHET .

1935_01

 

 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)

18/07/2009

3. Enno qu'c'est bon l'poréye ?

 

Quand dji stoût tout djambot, on splain(ye)doût à no méson què dji n'avoût pon d'apétît.
Mais quand dji vèyoût arriver dsu l'martchî les premîs légumes après l'ivièr, adon, çà candjoût!
Rî quà vîr dvins l'kertin.ye ène scarole come ène rue d'browète ou bî l'saclot rimpli d'feuyes dè spinasses, dj'atrapoûs fin.ye tout d'in coûp.

Dji vwa co l'grande cass'role a.yusse qu'on avoût clitchî les pètotes yè les feuyes dè scaroles qu'on avoût bî spèpiéyes yè rlavéyes pou fé parti les oulènes, les fourmiches yè les caracoles.
Quand tout stoût bî cû, on l'vièrsoût dvins l'grande passète yè on spotchoût tout, avû in pilon d'bo, sans oubliyî ène bonne plotche dè bûre.
Suivant les saisons, c'astoût des scaroles (au pu souvint) avû deux twa pichoulis, des spinasses, des carottes ou bî du chou rouge.
Avû cà, on mindjoût in bifteck ou bî des boulettes ou dèl' saucisse eyè l'pu souvint des tranches dè lârd qu'on daloût ké au bouchî Victor yin-yin.
Su m'n'assiète, maman fjoût in « château » d'porèye qu'èle lissoût tout l'tour à l'fourchète. Au dzeur, èle fèjout in fond pou mète ène plotche dè sauce yè alintour, les morchas d'viande montinne-tè l'garde.

Rî qu'à l'èscrire, dji blèffe dèdjà !

Pindint l'guèrre, pou muchî l'goût des monvaises pètotes,on a souvint mindgî dèl' poréye mais sans bûre, sans viande yè sans sauce.
Yè pourtant, c'astoût in « délice » à costé des rutabagas qu'on mindjôut co pu souvint

 

El Boufon

Peut se chanter sur l'air "Les enfants du Pirée"

1.     On mindje dvin les grand rèstaurans

Du poulet, du caviar, des-uites èyè du mèrlan ;

On vwa su les tabes dès bankès

Du omâr, du saumon, dès-aspèrjes yè du pâté.

 

               R:  Mi çoû qui m’chènne

El’ mèyeû pou m’boudène,

C’èst d’avoû pou din.nér

Ene cass’rôle dè poréye ;

Scaroles bî crasses,

Lârdjè feuyes dè spinasse,

Pichoulis bî r’lavés,

Enno qu’c’èst bon l’poréye ?

 

2.     On met dvin n’cassrole grande asséz

In kilo, deûs kilos d’pètotes  yè n’pougnéye dè sé.

Les scaroles i faut l’zè spèpyî

Pou r’sakî les lumçons, les oulènes eyè l’pourri.

 

3.    Quand tout l’moncha a bî rbouli,

Vo l’vièrséz dvin n’passète yè vo léchîs l’iau couri ;

Après vo pèrdéz vo pilon,

Vo spotchîs in poussant tout in tournant dvin l’bidon.

 

4. Pou les cîs qui ont l’chance d’avoû

In stoumake yè in fwa qui fonkssionne-tè d’su l’indroût,

On prind in morcha d’lârd bî cra

Qu’on mèt fonde yè on vièrse toute èle sausse audzeûr du plat.

 

5.  Mèn'nant d’vwa qu’vo m’avéz compris

Yè qu’lundi, ou mardi, mercredi ou bî djeudi,

Vo mindjréz dèl porèye come mi

Yè qu’tèrtous après çà vo tchantrez aussi bî qu’mi.

 

M. POLET (3/10/1961)copyright

 Si vous désirez obtenir une copie imprimable du texte de la chanson, envoyez-moi un mail (voir colonne de gauche)

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (1)