20/04/2010

13. Djoûs d'buwée

 

Tous les quinje djoûs, on fjoût l'buwée à no mézon.
Çà couminchoût èl dimince au nûte.

Dvins deûx grandès cuvèles rimplies d'iau d'citèrne qu'on pûjoût avû l'pompe à bras, on m'toût trimper les loques les pus yordes avû quéques pougnées dè « Lessîve Saint Marc » ou bî du sèl dè soude; d'in costé les « blans » yè d'l'aûte, les « bleus ».
Come les omes d'èl'mézon s'tin'tè pintes in batimins, on stindoût du savon nwâr su leûs t'nues blanques imbaudrouyées des tatches dè couleûr . Su les tatches dè goudron, on m'toût des plotches dè bûre. (Dji vos pâle du temps... dè dvant l'guère 40 !)

El lundi au matin(ye), Hélène, èm'grand-mère, allumoût èl'pètite èstuve dèvins l' « place vitrée ». Quand l'feu stoût bî lancî, elle lè kèrtchoût d'ga.yètes djusqu'au couvièrque yè on mèttoût boulî in premî tchaudron in cwive dè blankè loques dvins cinkante litres d'iaû. Quand çà avoût r'bouli pindint n'dèmi heûre, on vièrsoût, avû in grand saya yè in baston, tout tout c'qu'il avoût dvins l'tchaudron dvins l'machine à laver in bo, avû les pèlates d'in bloc dè « savon d'Marseille ».
Adon, pindant n'vintaine dè minutes, les deux feûmes, Hélène yè no maman, Marthe, faijin'tè dallér yè v'nu èle bras d'èle machine pou batte les loques.
Quand èles-avin'tè sté asséz scouftées, on les tordoût n'myète yè si i n'pluvoût nî, on les stindoût, co toutes rimplies dè savonnéye su les fils au djardin.ye. El solèye fèjoût s'in daler les dèrnîs réstes dè salichûres qu'èl'savon n'avoût nî seû fé partî. Les p'titès loques, on les stindoût sur les deûs mètes carré d'yèrbe qu'on aploût -sans-rîre - èl'plouse.
Au nûte, on ramassoût les loques yè on les m'toût trimpér dvins des cuvèles d'iau claire pindint toutè l'nûte.

El mardi, c'astoût l'djoû du rinçâdje à l'iaû fwâde dvins les cuvèles, in rajoutant pou les blancs, des chuchètes avû dèl poûrre bleûe pou rinde èl blan pu blan. On tordoût toutes les loques à l'main.ye - l'èssoreûse n'existoût nî co - y è on les m'toût sèki su les fils, à l'uche au bon temps yè su l'guèrnî in ivièr.
Après çà, avû l'couzine qui v'noût boutér avû les deûx feûmes d'èl' mézon, on mindjoût in boquèt d'tarte à l'ribosse qu'Hélène avoût mîs kûre dvins l'coffe dè l'èstûve pindint qu'les ieaûx boulin'tè.
El mèrcredi, ç'astoût l'passâdje des cols yè des plastrons dès tchmîjes à l'amidon yè po fini l'èrpolichâge dè twas mantes dè loques avû les deux gros polichoûs qu'on m'toût tchauffer su l'bûse dè l'èstûve. 

Ele sèmin.ne d'après, on fèjoût ène pu p'tite buwée à l'main.ye, avû les afères pu cazuéles, les sûmins.ye yè les loques des èfants.

lessiv1

 

lessive001

 lessive002

 

 lessive004

 lessiv5

Photo reprise sur le site "Musée de la lessive" à SPA (Bel) 

 

Texte français 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (3)

23/01/2010

12. Djeux d'éfans (II)

 

Quand on esse-t-à deûx...
1937_13Au moumint kè m'pètit frère a yeû l'âdje dè djouwér avû mi, dji stoûs foûr markî pa les films què dji vèyoûs èl' dimince in matinéye au cinéma Culot à l'ru.ye d'Hinripont.

Dji n'sondjoûs fon k'à les cobo.ye yè les Indyins. C'astoût mi l' « héros » èyè li, ki t'noût à pin.ne su ses djambes astoût l'varlèt d'Zorro, èl chèf indyin ou bî l'voleû à mète in prizon.
El tchèvau à bascule, èl bidet in carton èyè l'vèlo à 3 ru.ye sièrvinnent-tè d'tchèvaux; in bokèt d'bo tordu stoût in révolvèr; ène baguète dè saule, in èscorèye; ène vièye fichèle, in lasso yè in ècharpe, in maske pou Zorro.
Les « pan, pan » des cobo.ye yè les « hou, hou » des Indyins mètinne-tè no grand-pé in colère, pindint kè l'djambot, qui pinsoût kè dji dalloût l'tuwer yè ki n'savoût nî kè dvins les films, les Indiyins abattus èrmontinnent-tè aussi rète su leûs tchfaux, èsse mètoût à brère yè à criyî après s'maman.
Kék-z'années pu târd, s'èrbèlant conte dè mi, il a pris l'abitûde dè m'boxer pou s'dèsfinde, çoû ki intrin.noût l'arrivée dèl' « police locale ». C'astoût no maman ki, sans fé d'inkête, distribuwoût des claques su les djambes à courtès maronnes
ki passinnent-tè à s'portée.

Roul'mints à bîyes
billesPindint tout in temps, nos passinnes des eûres à fé rouler des mas dvins des coulèttes (c'astoût des longueûrs des moulures in blan bo kè m'grand-pé pèrdoût pou fabrikî des câdes pou les photos k'on li-z-apportoût à incadrer)

Come èl pav'mint dè l'èrlavrî.ye stoût in pinte, ça stoût in vré pléji dè vîr les agates fîler come dès soris.
On ajoutoût tant èyè pu d'tournants, dè candj'mints d'niveau yè d'fossés à sauter. On avoût chakun.ye ses mas yè on fj'oût des courses... djusk'au moumint k'i d'avoût yun.ye ki trichoût. « Ca va tourner à miel ! » bèrdèloût Mèmère. Eyè l'dispute éclatoût intrin.nant brayâdjes yè clakes su les fèsses.
Chon minutes après, on n'in parloût pus... yè nos cachin.nes in aute amuzmint.

No p'tite guère.soldat_plomb
Au couminch'mint dèl guère, ène saki nos-a donné 4 petits sondars dè plomb: yun.ye avoût s'fuzique à spale; èl 2ème, tout droût su ses pîs, vizoût padvant li; èl 3ème, tiroût, in d'nyou à tèrre èyè l'4ème stoût stindu à plat vinte avû n'mitra.yeûse.

In ajoutant les bonzommes, les byèsses yè l'matériel dè l'since kè m'parrain.ye m'avoût fabrikî, nos-installinnes no tchamp d'bata.ye pou fé bouter nos sondars

L'imbétant c'est kè, kand on léchoût tchère in sondard dè plomb, i pièrdoût es'tièsse, ou bî in bras, ou bî ène djambe ou bî tikfwa tout tanincoup. Nî quèstion d'mète in invalîde dvins l'bac à cindes. Avû d'èl' colle Velpon yè des bokèts d'alumète, papa ou mamn les réparinnent-tè, pou leû donner ène 2ème chance.. Par après, nos d'avons yeû des cîs in plâtre. Ceux-là stinnent-tè pu éjîles à r'collé, mais leû couleûr èsse pèloût su in rî d'temps.

regulateurNos-avons, sans no rinde compte, djouwé no p'tite guère à nous, au culot du feu, pindint les swarées d'ivière, in roubliyant kè l'vré.ye guère astoût pa d'dière no n'uche.
Yè tout ça s'passoût sans radio, sans musique, sans télévision, dèvins l'calme, au son du tictac du « régulateur ». Grand-mère tricotoût; no maman racomodoût des tchaussètes ou des loques, no papa èrlijoût « Les trois Mousquetaires » dèvins les « Moustique » dè d'vant l'guère yè parrain.ye Fernand lîjoût s'gazète.

Les Allemands passinnent-tè quand l'nûte tchèyoût yè tapinnent-tè su les uches pou fé peû à les djins ki n'avinnent-tè nî bî muchî l'lumière à leu fernièsse.

Les feûmes ess'dèmandinnent-tè si les èrins yè les carottes kè l'commune avoût promis sèrinnent-tè bî distribuées èl' lend'min.ye à tous les djins ki d'irinnent-tè fé file su l'place.

No n'avons compris kè bî pu tard kè nos-avinnes yeû bramin d'chance : tous les djins d'no mézon astinnent-tè tèrtous là, tous les djoûs à scrènne !

Traduction en français

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)

13/01/2010

11. Djeux d'èfans (I)

coffrejouets

       

   Dji m'rapèle co audjordû dè Bouboule, in roûdge tchî rimpli d'kapok, qui assis su s'cu, stoût pu grand qu'mi, avû in vinte yè in mouzon tout blancs yè deux grands-îs tout ronds.

-

1935_16

          Pou mes deux ans, dj'ai ieû ène browète què m'grand-pé avoût fabriquî in trava-yant par nûte d'vins l'pètite cave.

 

C'est da-yeûr li qui a indvinté pus târd des dijin-nes dè djouèts in bos pou mes twas frères yè pour mi.

 

 

 

1935_08        

 Pu târd, dj'ai yeû in accordèyon, in bidet in carton-pâte yè in chariot à 4 ru.yes.

 

 

 

  

 

 

 

1936_24

 

Co pu târd, nos avons yeû in nouvia tchâr à 4 rû.yes avû in timon què nos pèrdinnes souvint pou daler à nos grand-mé. Pinvî l'fin.ye dèl'guère, nos nos assîzinnes dèvins, èm'frère èyè mi pou dèskinde, à toute alûre èl' tchèmin.ye qui va d'èle mézon du curé djusqu'au chateau d'èl'Follie, in r'bondichant sus les pavés èyè dvins les nids d'pouyes?

     1935_05   

 Mais l'djouèt qu'j'ai vu l'pu voltî, c'est m'vèlo à twas ru.yes què dj'ai yeû pou mes deux ans. J'ai djouwé laumint avû. Dji n'l'ai léchî à m'pètit frère quand mes djambes sont dèv'nûes trop longues!
Dji m'lançoûs du d'bout d'èle cwizine, dji traversoûs èl sèrre, dji tournoût sèc à gauche pou sorti à l'uche, adon à dwate, foncer come in bolide su l'pinte dè l'vwéye pavéye du djardin.ye pinvî l'mûr padzoû l'pidjonî au d'bout d'èle coûr.
Dji n'vos dîrai nî èl nombe dè coups què dj'ai fé l'cutrumia dvins les tournants où bî passé au-dzeûr du guidon quand l'rûe dè d'vant esse caloû dvins l'rigole in bas d'èle dèskinte.

        Em' maman n'avoût pu fonqu'à sorti l'boutèye d'iau d'goulâr pou mes buchas ou bî l'iau oksygénée pou mes cochûres.

      Vos èréz mèn'nant compris què dji n'èstoûs nî in èfant foûr rassîs. Dji n'èstoûs nî souvint à court pou indvinter dès nouvias amuz'mints.

      In djoû, dj'ai rmarquî qu'il avoût dvins l'bas du buffèt d'èl'cwizine ène place grande asséz pou m'muchî. Dji m'ai stitchî dvins l'meûbe yè dj'ai r'clapé les portes sur mi. I n'a nî follu laumin pou qu'on cache après mi in sondjant què dji stoû co à mau fé. Dji sûs dmoré dvins l'nwâr bî laumint sans mouftér. Dj'ai fini pa stièrni yè on m'a r'trouvé.

Dji n'm'in rappelle pus, mais dj'ai bî seûr èsté bèrdèlé, mais dj'avoûs l'habitude !

S5002078

S5002073 

 

 

 

 

 

 Djouèts fabriquîs pa no grand-pé Fernand.

El swite à pus târd...

 Traduction française

Barre_corde.gif

 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (1)

26/12/2009

10. Ele bata.ye dès Ardènes


Maugré què Scaussène avoût sté libérée èl 4 dè sètimpe 1944 (adon qu'les Alliés èrpoussinent-tè les sondards al'mands pinvî leû pa.ys), èle vie des djins èstoût dèv'nue co pu malégèle. On n'trouvoût autant dire pu wère à mindjî si on n'avoût nî les mo-yis d'acater au « marché nwâr ».bonnine_1944

Em'papa yè m'grand-pé stinnent-tè pintres in batimins yè trava.yinnent-tè à leû compte. Come i n'avoût pu pon d'ouvrâdje dèvins les mézons du villâdje, èm'papa dalloût tikfwa travaillî à des cousins.ye sincîs du costé d'Nameûr. I r'vènnoût adon avû deux twa yars èyè n'valîje dè provisions.

Èl 10 dè décimpe, èm'papa yè m'maman s'in vont à deux à Boninne dlé les cousins-ye in quèstion.

ardennes01Èl 16, l'offensive Von Rundstedt èsse-t-in route. Nos parints n'attindent-tè wère pou rapitoter à leû mézon.
Les vla à l'gâre dè Nameûr au mitan des djins des Ardènes qui sont pèté vwè-ye dè leû vilâdje, kèrtchî come des baudès.

Dèssus l'quai, èm' maman, ène bèkéye pièrdue dvins l'paga-ye, avû s'valîse qui pèje in pwa d'diâle, suit ène triclée dè feûmes tout aussi kertchées què lé-ye. Tanincoûp, èle vwa què s'n'homme s'in va à gauche yè èle vût l'suîve. A c'moumint-là, in gendarme, l'atrappe pau pounyè yè vût li fé suive èl' groupe des feûmes.
- Maman: « Mais, Monsieur, je dois suivre mon mari !. »
- El gendarme: « Pas question. Dans la file avec les autres ! »
Grosse discussion, cartes d'identité, controles. Tout s'explique: èle binde dè feûmes incadrées pas les policiers sont des pensionnères d'èle prison d'Namur qu'on inmin.ne pinvî Tournai à cause d'èle bataille des Ardennes.

 Pindint c'temps-là, à l'rue Haute, nos stons, mes grands-parints, èm' pètit frère yè mi, sans nouvèles yè nos nos d'mandons si nos r'vîrons co nos parints.
Au nûte, inmârvo.yî pa in rume dè cerveau, qui bouche èm'nez, m 'inflamme èl' go.yî yè r'mou.ye mes deuz-îs, dji sûs installé à l'pètite tabe, èl dos collé à l'èstûve dè l'cwizine (i djèle à -5 à l'uche !) - yè djî studî.ye pou mes preumîs examins à l'grand'èscole de Brin.ne.

Eûreûs'mint, nos parints sont r'vènnus - avû leûs valijes- deûx, twa djoûs avant l'fièsse dè Nowé qui a sté l'pu trisse dè toute èle guère.

 

 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)

20/12/2009

9. Nûte dè Nowé


creche

In djoû, èm'grand-mère m'a pârlé
Du temps qu'èle n'astoût qu'ène mazète.
Quand arrivoût l'djoû du Nowé,
Dvins les mézons, ç'astoût l'grande fyète. 

El djoû dè d'vant quand èsss'papa
Ervènoût dè s'djournéye à l'carrière,
I raportoût, fièr come in rwa,
In sapin.ye qu'on m'toût dvin-in pot d'tèrre.


 

ynoel37

Quand les deûx p'tits dorminne-t'au pu foûrt,
Adon s'maman, dèssus l'pu waûte plantche,
Pèrdoût n'grande boite dvins l'boneûr du jour
Avû les garnitûres èyè les bias t'chf'eûx d'ange.

Il avoût ène lantèrne avu des roûdges micas
Yè in p'tit Père Nowel assis su in trin-nia,
In mouchon d'paradis avû des plumes in oûr
Eyè n'douzin-nes de boules qui lujinne-tè bî foûrt.

ynoe257

Il avoût des candèyes qu'on m'toût aux p'titès cuches
Yè quand l'papa viyoût qu'on d'alloût l'z'allumer,
Avû in sa.ya d'iau, il arivoût d'à l'uche,
Prèsse à tout èrmouyî si çà v'noût à brûler.

Alintoûr dè l'èstûve,on mêtoût les solés
Des grands èyè des p'tits qui dallinne-tè trouver
In sè l'vant au matin.ye in Jésus in massepin.ye,
In orange, des nonjètes yè n'cugnole dè bon pin.ye.

Pnoel

Les tâ-yons stinne-tè là pou vèyî su l'z'èfants.
In n'djokant nî dvin l'nîve pou arriver à temps
On s'in dalloût à mèsse, vizènes yè vizins.ye.
Pou intinde èl' grand Jules tchanter « Minuit Chrétiens »

creche14

 

Après avoû mindjî in bokèt d'târte au riz,
A deûs-eûres du matin.ye on s'in dalloût dormi.
Les pîs su n'brike boulante on rêvoût à les cîs
Qui n'savent quoû indvintér pou avôu du pléji.

lights                         Novembre 1990

 

 

 

Noel6

 

 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (2)

09/12/2009

8. Djardinîs d'guère.


Pindint les années dè guère, in 1941 ou 42, èle comune dè Scaussène a dècidé dè partadjî, avû les cîs qui l'volinne-tè bî, ène tèrre d'èle C.A.P. - l'ancyin C.P.A.S. - qui s'èstindoût padvant l'Hospice Ste Philomène.
C'astoût daboûr pou les djins du grand vilâdje qui n'avinne-tè pon djardin.ye.
In sincî a tout r'tourné l'pachî à l'tchèrrue; èl géomète Francq l'a arpinté èyè borné, yè c'esse-t-ainsi qu'nos famiye a yeû droût à in boquèt d'potadjî.

Avant l'intrée dè l'hivièr, les 4 hommes dè no méson - 58, 32, 9 yè 6 ans - èss' sont mîs à l'ouvrâdje: on a spèpyî l'tèrre, stindu èl fî d'lapin.ye qu'on avoût amin.né avû l'tchèrrètte à bras, fossé yè rèstèlé... Après çà, èle tèrre yè les djins ess' sont rpoûzés come èl bon Dieu après l'créassion.
Les grosses djèlées aussi râte passées, parrain.ye a sèmé yè planté des ounions, des ails, des chalottes yè pu târd, des pètotes, du serfu, des carottes, des porias yè du pèrsin.ye.

I n'avoût pu qu'à ratinde què çà pousse, pindint qu'les deux gamins.ye d'allinne.tè rsaquî les monvés criyaus après l'èscole.
Quand il a couminchî à fé mèyeû, iun.ye des occupants du potadjî, ène miyète pressé, avoût - maugré què les saints d'glace stinne-tè co à v'nu - dja èrpiquî ène raû.ye dè salâdes.
In djoû au matin.ye, arrivé timpe su l'labeûr, i n'vwa pu ni friche, ni frache: èle ligne dè salades avoût disparu. I n'folloût nî cachî midi à quatorze eûres: on les avoût volé.
Pu râte què l'vint d'bije, èle nouvèlle fé l'tour dè l'hamia. Les djardînîs d'guère, foûr in colère s'èrtrouv'tè àl 'comune alintour du champète. Grosse discussion. Grande dècision. I n'a fonq'in affère à fé: montér d'garde par nûte.
Eyè c'esse-t-ainsi, qu'in coûp par sèmin.ne, nos pa èrtrouva ess'n'ome dè coupe pou passér, dvins n'pètite cahute, èl'nûte à survèyî les plantations.

doryphores

Les pètotes ont l'vé, on les a rin.motté au gro.yau yè c'est ène sèmin.ne pu târd qu'on vu des monchas d'doryphores èss' mète à tâbe come des goulafres.
Pindint n'sèmin.ne, èm'frère yè mi avons sté oblidjîs, après l'éscole dè daler ramasser les ptites bièsses avû leû gilèt à ligne. Nos les m'tinne-tè dvins ène bwate à consierve yè on les fèjout rosti à l'alcol à brûler. (NDLR: Nî pou les mindjî, rasseûrez-vous)
 Après tout l'maû qu'on a yeû, qué pléji dè trouver dsu l'tabe les bias légumes yè les bonnès pètotes qu'on n'trouvoût pu au boutique !

tabac

L'année d'après, les omes ont indvinté dè planter du toubaque. Parrain.ye a sté pa.yî ène taxe à l'commune yè il a pu mète ène dijène dè plants.
Ele récolte a sté magnifique èyè on a ramin.né, su l'tchèrète à bras, in ballot dè bèlle yè lardjè feû.yes qu'on a mis sèqui au guèrnî.
Quand l'toubaque a sté à drèmme, papa yè parrain.ye ont roulé n'feû.ye bî sèrrée yè l'ont dèscoupée tout fin.ye au couteau. Inchène is-ont roulé leû première cigarètte yè l'ont allumé inchène padvant tout l'famîye.
« Cà sint bon » dîjtè les deux coumères. « In odeûr dè violète » rajoute maman.
A l'chinquième bouffée, les deûs omes toussent-tè au pu foûr, in brè.yant des deûs îs.
Intrè deûs quintes, parrain arrive à dire: « Il est trop foûr; c'est du cî pou l'pipe ».
Maleûreûs'mint, min.me à l'pipe, i n'ont jamais arrivé à l'fumer!. On l'a fé gouster à tous les fumeûs qu'ont passé pa l'mézon. Pèrsonne n'in d'a volu. Pou fini, i d'a iun.ye qu'è parti avû tout l'rècolte. Putète pou l'vinde aux Allemands ?
On n'a pu pa.yî d'taxe. Avû les yârs, no grand-mère a acaté des plants d'tomates qu'elle a mis à costé des garènnes à lapins.ye.

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (1)

02/12/2009

7. Preùmière nîve

 Hiver3    Hiver2     Hiver1

Péyon après pèyon,
èl nîve a rascouvri
èl toût d'l'ha.yon
yè l'pidjonî.

 Ele n'a nî fé pus d'ramâdje
qu'ène soris
èyè tout no vilâdje
est rabiyî.

 El grouzlî du djardin(ye)
èrchène à n'pâquière
qu'a pièrdu s'tchèmin(ye)
in plin ivièr. 

Dèl nîve dèssus des bru.yes,
djèléye dèvant twas djoûs !
El bata.ye est pièrdû.ye,
l'ivièr' est dja pour nous.

Dalone fé nos pas
dèssus l'wârgla,
inchène,
çà chéra si bon
quand nos nos rtchaufrons
à scrène ! ...

Puvipusot,
avril 1962

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)