05/03/2011

19. Les cou ... ques dè Swisse

 

Hélène_1932.jpgA l'sortîye dè l'ivière,  quand les vatches èr'tourninne-tè à patûre yècouquessuisses2.jpg què l'bûre èr'dèv'noût bî djaûne, no grand-mère, in djoû au matin.ye qu'on n'trava.yoût nî, annonçoût: « Audjor'dû, on fé des couques dè Suisse pou din.nér».

 

Dsu l'lino dè l'tabe d'èl cwizinne, èle amèloût, à plènè mains.ye, dèl farène, dèl lèvûre, des ûs, du bûre, dèl iaû yè du sé.
Quand l'boule dè pâte pèrdoût forme, èle lè rouloût, èle l'aplatichoût avû ses deux pougnes, èle lè manbournoût tant è pu djusqu'à c'qu'èle dèviènne èl pu lidjère possîbe.
Adon, les deux feûmes roulinne-tè des p'tits panots d'a pau près 10 cm su 6 yè èles les-aligninne-tè, rascouvrîes d'in prope sûmin.ye dèssu l'pètite table, tout conte dè l'èstûve pou les léchî poûssér tout à leû 'n'aige.
Gare à les cîs qui avinne-tè l'maleûr d'ouvri les portes dè d'vant yè dè d'dière. Is-avinne-tè tous l'zaûtes à dos. « Frûmez l'uche, èle pâte va r'tchère !» criyoût no grand-père avant d'jurer in bon coûp .
platebuse.jpgOn mètoût bouli ène marmite d'iau ène becquée salée su l'èstûve. Dvins in grand pwalon, dsus l'boûrd d'èle plate buse, no maman mètoût bouli in lite dè lait avû ène grosse plotche dè bûre yè n'pinchée d'amuscade.

Dèssus l'tâbe, chaque èss'n' assiètte, èss'fourchètte èyè s'jatte au cafè, Au mitan, èl'bidon d' cassonnâde (d'èle candi ou dèle vèrjoise) avû n'grande cu.yère.
Stampés à costé d'l'èstûve, èm'pètit frère yè mi no ravisons les 8 couques dè Suissecouquessuisses1.jpg qui danse-tè dvins l'iau boulante.

 

Tanin côup, m'grand-mère crie « Çà yè ». Nos-ouvrons nos-îs tout grands, nos blèfons à l'avance: èle «cérémonie » couminche.
No pa arrive asto dè l'marmite, in-assiète dvins s'gauche main.ye, ène fourchète dèvins l'aute. I no fé chamme'tér: « Attintion à les spites d'iau boulante ».
Avû l'èscum'rèsse, grand-mère apiche woûr  dè l'marmite ène couque dè Suisse qu'èle met su l'assiète. Taûssi rète, no pa pique èle boule dè deûx coups d'fourchète, pou li donnér d'l'air yè l'impéchî dè r'tchère.
Après l'quatième, Papa passe l'assiète à no maman qui sièrt les 4 qui sont dja à tâbe. Elecassonade.jpg no rappèle l'uzâdje: « On n'pût nî dèscoupér ène couque dè Suisse avû in couteau; on dwa èl' désfé avû s'fourchètte ». Après, nos spârdons d'èle cassonnade su no n'assiètte yè pou fini, mamn no vièrse èle sauce au bûre qu'èle a appresté. « Attintion dè n'nî brûler vo langue ».
Dji vos-assûre què m'n'assiètte est bî râte avalée. Des glèttes dè suke keurent-tè su m'minton.
Pindant c'temps-là, les 4 aûtes boulots sont mèn.nant su in assiètte yè on rkèrche èle marmite (èyè l'èstûve) pour l'deûzième cûtéye.
Dji rataque. Quand dj'ai fini dji n'sé pu dîre « Ouf ».
Heûreûzmint, èl kolèstérol n'a nî co sté indvinté.

Grand-père, in bon mindjeû, avale èss'dernière bouchée, vûde èsse jatte dè cafè poû dîre çoû qu'i dit chaque coûp qui çà li-z-a chnu bon: « Co toudi autant qu'lès-almands n'èront nî ».

I pinse à l'guère dè 14-18 sans savoû qu'i vont co r'vènu in 40.

Traduction française

1426375627.jpg

Écrit par Puvipusot dans Général, Seniors | Commentaires (8)

Commentaires

C'est bi spli qui.!!!! C'est difficile à lire ,mais on si'croirait.
Merci et encore.

Écrit par : Marcel | 05/03/2011

Répondre à ce commentaire

Merci Marcel pour ce bon moment de lecture et pour le goût senti de ces bonnes couques suisses.
Bien agréable à lire ce récit et José m'a traduit ce qui me semblait plus difficile;
Bisous

Écrit par : Hainaut | 05/03/2011

Répondre à ce commentaire

Même après l'guerre èl cérémonie astout pareye.

Écrit par : Reculot | 05/03/2011

Répondre à ce commentaire

Magnifique ! Une chanson !!!
Bon dimanche !

Écrit par : Polet Cécile | 06/03/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai tout compris en lisant à voix haute!!! Je ne me souviens pas des couques de Suisse d'avant guerre, mais celles que j'ai connues étaient faites de la même façon... que de bons souvenirs!!! merci et bisous

Écrit par : Véronique Polet | 06/03/2011

Répondre à ce commentaire

Du vrai! Un peu dur à lire pour les novices, mais ça en vaut la peine!
Devaient être délicieuse

Écrit par : Lola | 06/03/2011

Répondre à ce commentaire

Quel bonheur ! Quel plaisir ! Le wallon et la recette !
Comme du temps de ma grand-mère ...
J'en fais très bientôt ... trop longtemps que je n'ai pas savouré ce délice !!!!

Je viens de lire que vous vous êtes marié en 56

Brigitte Waroquier, née à Henripont née en 56, fille d'un Ecaussinnois (Richard, rue Saint-Rémy) et d'une Henripontoise, ...

Écrit par : Brigitte Waroquier | 19/01/2013

Répondre à ce commentaire

J'ai fini par arriver sur le blog.par le.chemin détourné des couilles de suisse !
Super ! Dji vourroux bî en' 2ème tournée!

Écrit par : Clairette Delmotte | 17/02/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.