20/04/2010

13. Djoûs d'buwée

 

Tous les quinje djoûs, on fjoût l'buwée à no mézon.
Çà couminchoût èl dimince au nûte.

Dvins deûx grandès cuvèles rimplies d'iau d'citèrne qu'on pûjoût avû l'pompe à bras, on m'toût trimper les loques les pus yordes avû quéques pougnées dè « Lessîve Saint Marc » ou bî du sèl dè soude; d'in costé les « blans » yè d'l'aûte, les « bleus ».
Come les omes d'èl'mézon s'tin'tè pintes in batimins, on stindoût du savon nwâr su leûs t'nues blanques imbaudrouyées des tatches dè couleûr . Su les tatches dè goudron, on m'toût des plotches dè bûre. (Dji vos pâle du temps... dè dvant l'guère 40 !)

El lundi au matin(ye), Hélène, èm'grand-mère, allumoût èl'pètite èstuve dèvins l' « place vitrée ». Quand l'feu stoût bî lancî, elle lè kèrtchoût d'ga.yètes djusqu'au couvièrque yè on mèttoût boulî in premî tchaudron in cwive dè blankè loques dvins cinkante litres d'iaû. Quand çà avoût r'bouli pindint n'dèmi heûre, on vièrsoût, avû in grand saya yè in baston, tout tout c'qu'il avoût dvins l'tchaudron dvins l'machine à laver in bo, avû les pèlates d'in bloc dè « savon d'Marseille ».
Adon, pindant n'vintaine dè minutes, les deux feûmes, Hélène yè no maman, Marthe, faijin'tè dallér yè v'nu èle bras d'èle machine pou batte les loques.
Quand èles-avin'tè sté asséz scouftées, on les tordoût n'myète yè si i n'pluvoût nî, on les stindoût, co toutes rimplies dè savonnéye su les fils au djardin.ye. El solèye fèjoût s'in daler les dèrnîs réstes dè salichûres qu'èl'savon n'avoût nî seû fé partî. Les p'titès loques, on les stindoût sur les deûs mètes carré d'yèrbe qu'on aploût -sans-rîre - èl'plouse.
Au nûte, on ramassoût les loques yè on les m'toût trimpér dvins des cuvèles d'iau claire pindint toutè l'nûte.

El mardi, c'astoût l'djoû du rinçâdje à l'iaû fwâde dvins les cuvèles, in rajoutant pou les blancs, des chuchètes avû dèl poûrre bleûe pou rinde èl blan pu blan. On tordoût toutes les loques à l'main.ye - l'èssoreûse n'existoût nî co - y è on les m'toût sèki su les fils, à l'uche au bon temps yè su l'guèrnî in ivièr.
Après çà, avû l'couzine qui v'noût boutér avû les deûx feûmes d'èl' mézon, on mindjoût in boquèt d'tarte à l'ribosse qu'Hélène avoût mîs kûre dvins l'coffe dè l'èstûve pindint qu'les ieaûx boulin'tè.
El mèrcredi, ç'astoût l'passâdje des cols yè des plastrons dès tchmîjes à l'amidon yè po fini l'èrpolichâge dè twas mantes dè loques avû les deux gros polichoûs qu'on m'toût tchauffer su l'bûse dè l'èstûve. 

Ele sèmin.ne d'après, on fèjoût ène pu p'tite buwée à l'main.ye, avû les afères pu cazuéles, les sûmins.ye yè les loques des èfants.

lessiv1

 

lessive001

 lessive002

 

 lessive004

 lessiv5

Photo reprise sur le site "Musée de la lessive" à SPA (Bel) 

 

Texte français 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (3)

Commentaires

Bonsoir

S'coup cî d'lé yeu, dji va vîr ça avu Emilie a no aise....

A bî tôt Nous 3

Écrit par : legge | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Marcel,

Anne a été émotionnée par ton réçit et en a eu des frissons de bonheur d'un passé retrouvé.
Pourquoi ne pas faire une lecture publique...toi qui sais si bien parler notre beau wallon. En tout cas bravo. Nous 3

Écrit par : legge | 23/06/2010

Répondre à ce commentaire

Marcel,
Je ris toute seule devant l'écran d'ordinateur en lisant les histoires savoureuses que tu racontes et je suis surtout émerveillée que non seulement tu parles le wallon, mais tu l'écris aussi !!! Je lis très lentement, mais je comprends très bien, tu vois pour moi qui suis de Bruxelles, c'est surtout le bruxellois que je comprenais et depuis que je vis avec Dany (bientôt 30 ans)j'ai appris cette langue peu à peu.
Bisous à tous les deux.

Écrit par : huguette speltens | 06/10/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.