23/01/2010

12. Djeux d'éfans (II)

 

Quand on esse-t-à deûx...
1937_13Au moumint kè m'pètit frère a yeû l'âdje dè djouwér avû mi, dji stoûs foûr markî pa les films què dji vèyoûs èl' dimince in matinéye au cinéma Culot à l'ru.ye d'Hinripont.

Dji n'sondjoûs fon k'à les cobo.ye yè les Indyins. C'astoût mi l' « héros » èyè li, ki t'noût à pin.ne su ses djambes astoût l'varlèt d'Zorro, èl chèf indyin ou bî l'voleû à mète in prizon.
El tchèvau à bascule, èl bidet in carton èyè l'vèlo à 3 ru.ye sièrvinnent-tè d'tchèvaux; in bokèt d'bo tordu stoût in révolvèr; ène baguète dè saule, in èscorèye; ène vièye fichèle, in lasso yè in ècharpe, in maske pou Zorro.
Les « pan, pan » des cobo.ye yè les « hou, hou » des Indyins mètinne-tè no grand-pé in colère, pindint kè l'djambot, qui pinsoût kè dji dalloût l'tuwer yè ki n'savoût nî kè dvins les films, les Indiyins abattus èrmontinnent-tè aussi rète su leûs tchfaux, èsse mètoût à brère yè à criyî après s'maman.
Kék-z'années pu târd, s'èrbèlant conte dè mi, il a pris l'abitûde dè m'boxer pou s'dèsfinde, çoû ki intrin.noût l'arrivée dèl' « police locale ». C'astoût no maman ki, sans fé d'inkête, distribuwoût des claques su les djambes à courtès maronnes
ki passinnent-tè à s'portée.

Roul'mints à bîyes
billesPindint tout in temps, nos passinnes des eûres à fé rouler des mas dvins des coulèttes (c'astoût des longueûrs des moulures in blan bo kè m'grand-pé pèrdoût pou fabrikî des câdes pou les photos k'on li-z-apportoût à incadrer)

Come èl pav'mint dè l'èrlavrî.ye stoût in pinte, ça stoût in vré pléji dè vîr les agates fîler come dès soris.
On ajoutoût tant èyè pu d'tournants, dè candj'mints d'niveau yè d'fossés à sauter. On avoût chakun.ye ses mas yè on fj'oût des courses... djusk'au moumint k'i d'avoût yun.ye ki trichoût. « Ca va tourner à miel ! » bèrdèloût Mèmère. Eyè l'dispute éclatoût intrin.nant brayâdjes yè clakes su les fèsses.
Chon minutes après, on n'in parloût pus... yè nos cachin.nes in aute amuzmint.

No p'tite guère.soldat_plomb
Au couminch'mint dèl guère, ène saki nos-a donné 4 petits sondars dè plomb: yun.ye avoût s'fuzique à spale; èl 2ème, tout droût su ses pîs, vizoût padvant li; èl 3ème, tiroût, in d'nyou à tèrre èyè l'4ème stoût stindu à plat vinte avû n'mitra.yeûse.

In ajoutant les bonzommes, les byèsses yè l'matériel dè l'since kè m'parrain.ye m'avoût fabrikî, nos-installinnes no tchamp d'bata.ye pou fé bouter nos sondars

L'imbétant c'est kè, kand on léchoût tchère in sondard dè plomb, i pièrdoût es'tièsse, ou bî in bras, ou bî ène djambe ou bî tikfwa tout tanincoup. Nî quèstion d'mète in invalîde dvins l'bac à cindes. Avû d'èl' colle Velpon yè des bokèts d'alumète, papa ou mamn les réparinnent-tè, pou leû donner ène 2ème chance.. Par après, nos d'avons yeû des cîs in plâtre. Ceux-là stinnent-tè pu éjîles à r'collé, mais leû couleûr èsse pèloût su in rî d'temps.

regulateurNos-avons, sans no rinde compte, djouwé no p'tite guère à nous, au culot du feu, pindint les swarées d'ivière, in roubliyant kè l'vré.ye guère astoût pa d'dière no n'uche.
Yè tout ça s'passoût sans radio, sans musique, sans télévision, dèvins l'calme, au son du tictac du « régulateur ». Grand-mère tricotoût; no maman racomodoût des tchaussètes ou des loques, no papa èrlijoût « Les trois Mousquetaires » dèvins les « Moustique » dè d'vant l'guère yè parrain.ye Fernand lîjoût s'gazète.

Les Allemands passinnent-tè quand l'nûte tchèyoût yè tapinnent-tè su les uches pou fé peû à les djins ki n'avinnent-tè nî bî muchî l'lumière à leu fernièsse.

Les feûmes ess'dèmandinnent-tè si les èrins yè les carottes kè l'commune avoût promis sèrinnent-tè bî distribuées èl' lend'min.ye à tous les djins ki d'irinnent-tè fé file su l'place.

No n'avons compris kè bî pu tard kè nos-avinnes yeû bramin d'chance : tous les djins d'no mézon astinnent-tè tèrtous là, tous les djoûs à scrènne !

Traduction en français

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.