26/12/2009

10. Ele bata.ye dès Ardènes


Maugré què Scaussène avoût sté libérée èl 4 dè sètimpe 1944 (adon qu'les Alliés èrpoussinent-tè les sondards al'mands pinvî leû pa.ys), èle vie des djins èstoût dèv'nue co pu malégèle. On n'trouvoût autant dire pu wère à mindjî si on n'avoût nî les mo-yis d'acater au « marché nwâr ».bonnine_1944

Em'papa yè m'grand-pé stinnent-tè pintres in batimins yè trava.yinnent-tè à leû compte. Come i n'avoût pu pon d'ouvrâdje dèvins les mézons du villâdje, èm'papa dalloût tikfwa travaillî à des cousins.ye sincîs du costé d'Nameûr. I r'vènnoût adon avû deux twa yars èyè n'valîje dè provisions.

Èl 10 dè décimpe, èm'papa yè m'maman s'in vont à deux à Boninne dlé les cousins-ye in quèstion.

ardennes01Èl 16, l'offensive Von Rundstedt èsse-t-in route. Nos parints n'attindent-tè wère pou rapitoter à leû mézon.
Les vla à l'gâre dè Nameûr au mitan des djins des Ardènes qui sont pèté vwè-ye dè leû vilâdje, kèrtchî come des baudès.

Dèssus l'quai, èm' maman, ène bèkéye pièrdue dvins l'paga-ye, avû s'valîse qui pèje in pwa d'diâle, suit ène triclée dè feûmes tout aussi kertchées què lé-ye. Tanincoûp, èle vwa què s'n'homme s'in va à gauche yè èle vût l'suîve. A c'moumint-là, in gendarme, l'atrappe pau pounyè yè vût li fé suive èl' groupe des feûmes.
- Maman: « Mais, Monsieur, je dois suivre mon mari !. »
- El gendarme: « Pas question. Dans la file avec les autres ! »
Grosse discussion, cartes d'identité, controles. Tout s'explique: èle binde dè feûmes incadrées pas les policiers sont des pensionnères d'èle prison d'Namur qu'on inmin.ne pinvî Tournai à cause d'èle bataille des Ardennes.

 Pindint c'temps-là, à l'rue Haute, nos stons, mes grands-parints, èm' pètit frère yè mi, sans nouvèles yè nos nos d'mandons si nos r'vîrons co nos parints.
Au nûte, inmârvo.yî pa in rume dè cerveau, qui bouche èm'nez, m 'inflamme èl' go.yî yè r'mou.ye mes deuz-îs, dji sûs installé à l'pètite tabe, èl dos collé à l'èstûve dè l'cwizine (i djèle à -5 à l'uche !) - yè djî studî.ye pou mes preumîs examins à l'grand'èscole de Brin.ne.

Eûreûs'mint, nos parints sont r'vènnus - avû leûs valijes- deûx, twa djoûs avant l'fièsse dè Nowé qui a sté l'pu trisse dè toute èle guère.

 

 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)

20/12/2009

9. Nûte dè Nowé


creche

In djoû, èm'grand-mère m'a pârlé
Du temps qu'èle n'astoût qu'ène mazète.
Quand arrivoût l'djoû du Nowé,
Dvins les mézons, ç'astoût l'grande fyète. 

El djoû dè d'vant quand èsss'papa
Ervènoût dè s'djournéye à l'carrière,
I raportoût, fièr come in rwa,
In sapin.ye qu'on m'toût dvin-in pot d'tèrre.


 

ynoel37

Quand les deûx p'tits dorminne-t'au pu foûrt,
Adon s'maman, dèssus l'pu waûte plantche,
Pèrdoût n'grande boite dvins l'boneûr du jour
Avû les garnitûres èyè les bias t'chf'eûx d'ange.

Il avoût ène lantèrne avu des roûdges micas
Yè in p'tit Père Nowel assis su in trin-nia,
In mouchon d'paradis avû des plumes in oûr
Eyè n'douzin-nes de boules qui lujinne-tè bî foûrt.

ynoe257

Il avoût des candèyes qu'on m'toût aux p'titès cuches
Yè quand l'papa viyoût qu'on d'alloût l'z'allumer,
Avû in sa.ya d'iau, il arivoût d'à l'uche,
Prèsse à tout èrmouyî si çà v'noût à brûler.

Alintoûr dè l'èstûve,on mêtoût les solés
Des grands èyè des p'tits qui dallinne-tè trouver
In sè l'vant au matin.ye in Jésus in massepin.ye,
In orange, des nonjètes yè n'cugnole dè bon pin.ye.

Pnoel

Les tâ-yons stinne-tè là pou vèyî su l'z'èfants.
In n'djokant nî dvin l'nîve pou arriver à temps
On s'in dalloût à mèsse, vizènes yè vizins.ye.
Pou intinde èl' grand Jules tchanter « Minuit Chrétiens »

creche14

 

Après avoû mindjî in bokèt d'târte au riz,
A deûs-eûres du matin.ye on s'in dalloût dormi.
Les pîs su n'brike boulante on rêvoût à les cîs
Qui n'savent quoû indvintér pou avôu du pléji.

lights                         Novembre 1990

 

 

 

Noel6

 

 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (2)

09/12/2009

8. Djardinîs d'guère.


Pindint les années dè guère, in 1941 ou 42, èle comune dè Scaussène a dècidé dè partadjî, avû les cîs qui l'volinne-tè bî, ène tèrre d'èle C.A.P. - l'ancyin C.P.A.S. - qui s'èstindoût padvant l'Hospice Ste Philomène.
C'astoût daboûr pou les djins du grand vilâdje qui n'avinne-tè pon djardin.ye.
In sincî a tout r'tourné l'pachî à l'tchèrrue; èl géomète Francq l'a arpinté èyè borné, yè c'esse-t-ainsi qu'nos famiye a yeû droût à in boquèt d'potadjî.

Avant l'intrée dè l'hivièr, les 4 hommes dè no méson - 58, 32, 9 yè 6 ans - èss' sont mîs à l'ouvrâdje: on a spèpyî l'tèrre, stindu èl fî d'lapin.ye qu'on avoût amin.né avû l'tchèrrètte à bras, fossé yè rèstèlé... Après çà, èle tèrre yè les djins ess' sont rpoûzés come èl bon Dieu après l'créassion.
Les grosses djèlées aussi râte passées, parrain.ye a sèmé yè planté des ounions, des ails, des chalottes yè pu târd, des pètotes, du serfu, des carottes, des porias yè du pèrsin.ye.

I n'avoût pu qu'à ratinde què çà pousse, pindint qu'les deux gamins.ye d'allinne.tè rsaquî les monvés criyaus après l'èscole.
Quand il a couminchî à fé mèyeû, iun.ye des occupants du potadjî, ène miyète pressé, avoût - maugré què les saints d'glace stinne-tè co à v'nu - dja èrpiquî ène raû.ye dè salâdes.
In djoû au matin.ye, arrivé timpe su l'labeûr, i n'vwa pu ni friche, ni frache: èle ligne dè salades avoût disparu. I n'folloût nî cachî midi à quatorze eûres: on les avoût volé.
Pu râte què l'vint d'bije, èle nouvèlle fé l'tour dè l'hamia. Les djardînîs d'guère, foûr in colère s'èrtrouv'tè àl 'comune alintour du champète. Grosse discussion. Grande dècision. I n'a fonq'in affère à fé: montér d'garde par nûte.
Eyè c'esse-t-ainsi, qu'in coûp par sèmin.ne, nos pa èrtrouva ess'n'ome dè coupe pou passér, dvins n'pètite cahute, èl'nûte à survèyî les plantations.

doryphores

Les pètotes ont l'vé, on les a rin.motté au gro.yau yè c'est ène sèmin.ne pu târd qu'on vu des monchas d'doryphores èss' mète à tâbe come des goulafres.
Pindint n'sèmin.ne, èm'frère yè mi avons sté oblidjîs, après l'éscole dè daler ramasser les ptites bièsses avû leû gilèt à ligne. Nos les m'tinne-tè dvins ène bwate à consierve yè on les fèjout rosti à l'alcol à brûler. (NDLR: Nî pou les mindjî, rasseûrez-vous)
 Après tout l'maû qu'on a yeû, qué pléji dè trouver dsu l'tabe les bias légumes yè les bonnès pètotes qu'on n'trouvoût pu au boutique !

tabac

L'année d'après, les omes ont indvinté dè planter du toubaque. Parrain.ye a sté pa.yî ène taxe à l'commune yè il a pu mète ène dijène dè plants.
Ele récolte a sté magnifique èyè on a ramin.né, su l'tchèrète à bras, in ballot dè bèlle yè lardjè feû.yes qu'on a mis sèqui au guèrnî.
Quand l'toubaque a sté à drèmme, papa yè parrain.ye ont roulé n'feû.ye bî sèrrée yè l'ont dèscoupée tout fin.ye au couteau. Inchène is-ont roulé leû première cigarètte yè l'ont allumé inchène padvant tout l'famîye.
« Cà sint bon » dîjtè les deux coumères. « In odeûr dè violète » rajoute maman.
A l'chinquième bouffée, les deûs omes toussent-tè au pu foûr, in brè.yant des deûs îs.
Intrè deûs quintes, parrain arrive à dire: « Il est trop foûr; c'est du cî pou l'pipe ».
Maleûreûs'mint, min.me à l'pipe, i n'ont jamais arrivé à l'fumer!. On l'a fé gouster à tous les fumeûs qu'ont passé pa l'mézon. Pèrsonne n'in d'a volu. Pou fini, i d'a iun.ye qu'è parti avû tout l'rècolte. Putète pou l'vinde aux Allemands ?
On n'a pu pa.yî d'taxe. Avû les yârs, no grand-mère a acaté des plants d'tomates qu'elle a mis à costé des garènnes à lapins.ye.

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (1)

02/12/2009

7. Preùmière nîve

 Hiver3    Hiver2     Hiver1

Péyon après pèyon,
èl nîve a rascouvri
èl toût d'l'ha.yon
yè l'pidjonî.

 Ele n'a nî fé pus d'ramâdje
qu'ène soris
èyè tout no vilâdje
est rabiyî.

 El grouzlî du djardin(ye)
èrchène à n'pâquière
qu'a pièrdu s'tchèmin(ye)
in plin ivièr. 

Dèl nîve dèssus des bru.yes,
djèléye dèvant twas djoûs !
El bata.ye est pièrdû.ye,
l'ivièr' est dja pour nous.

Dalone fé nos pas
dèssus l'wârgla,
inchène,
çà chéra si bon
quand nos nos rtchaufrons
à scrène ! ...

Puvipusot,
avril 1962

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)