26/12/2009

10. Ele bata.ye dès Ardènes


Maugré què Scaussène avoût sté libérée èl 4 dè sètimpe 1944 (adon qu'les Alliés èrpoussinent-tè les sondards al'mands pinvî leû pa.ys), èle vie des djins èstoût dèv'nue co pu malégèle. On n'trouvoût autant dire pu wère à mindjî si on n'avoût nî les mo-yis d'acater au « marché nwâr ».bonnine_1944

Em'papa yè m'grand-pé stinnent-tè pintres in batimins yè trava.yinnent-tè à leû compte. Come i n'avoût pu pon d'ouvrâdje dèvins les mézons du villâdje, èm'papa dalloût tikfwa travaillî à des cousins.ye sincîs du costé d'Nameûr. I r'vènnoût adon avû deux twa yars èyè n'valîje dè provisions.

Èl 10 dè décimpe, èm'papa yè m'maman s'in vont à deux à Boninne dlé les cousins-ye in quèstion.

ardennes01Èl 16, l'offensive Von Rundstedt èsse-t-in route. Nos parints n'attindent-tè wère pou rapitoter à leû mézon.
Les vla à l'gâre dè Nameûr au mitan des djins des Ardènes qui sont pèté vwè-ye dè leû vilâdje, kèrtchî come des baudès.

Dèssus l'quai, èm' maman, ène bèkéye pièrdue dvins l'paga-ye, avû s'valîse qui pèje in pwa d'diâle, suit ène triclée dè feûmes tout aussi kertchées què lé-ye. Tanincoûp, èle vwa què s'n'homme s'in va à gauche yè èle vût l'suîve. A c'moumint-là, in gendarme, l'atrappe pau pounyè yè vût li fé suive èl' groupe des feûmes.
- Maman: « Mais, Monsieur, je dois suivre mon mari !. »
- El gendarme: « Pas question. Dans la file avec les autres ! »
Grosse discussion, cartes d'identité, controles. Tout s'explique: èle binde dè feûmes incadrées pas les policiers sont des pensionnères d'èle prison d'Namur qu'on inmin.ne pinvî Tournai à cause d'èle bataille des Ardennes.

 Pindint c'temps-là, à l'rue Haute, nos stons, mes grands-parints, èm' pètit frère yè mi, sans nouvèles yè nos nos d'mandons si nos r'vîrons co nos parints.
Au nûte, inmârvo.yî pa in rume dè cerveau, qui bouche èm'nez, m 'inflamme èl' go.yî yè r'mou.ye mes deuz-îs, dji sûs installé à l'pètite tabe, èl dos collé à l'èstûve dè l'cwizine (i djèle à -5 à l'uche !) - yè djî studî.ye pou mes preumîs examins à l'grand'èscole de Brin.ne.

Eûreûs'mint, nos parints sont r'vènnus - avû leûs valijes- deûx, twa djoûs avant l'fièsse dè Nowé qui a sté l'pu trisse dè toute èle guère.

 

 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.