09/12/2009

8. Djardinîs d'guère.


Pindint les années dè guère, in 1941 ou 42, èle comune dè Scaussène a dècidé dè partadjî, avû les cîs qui l'volinne-tè bî, ène tèrre d'èle C.A.P. - l'ancyin C.P.A.S. - qui s'èstindoût padvant l'Hospice Ste Philomène.
C'astoût daboûr pou les djins du grand vilâdje qui n'avinne-tè pon djardin.ye.
In sincî a tout r'tourné l'pachî à l'tchèrrue; èl géomète Francq l'a arpinté èyè borné, yè c'esse-t-ainsi qu'nos famiye a yeû droût à in boquèt d'potadjî.

Avant l'intrée dè l'hivièr, les 4 hommes dè no méson - 58, 32, 9 yè 6 ans - èss' sont mîs à l'ouvrâdje: on a spèpyî l'tèrre, stindu èl fî d'lapin.ye qu'on avoût amin.né avû l'tchèrrètte à bras, fossé yè rèstèlé... Après çà, èle tèrre yè les djins ess' sont rpoûzés come èl bon Dieu après l'créassion.
Les grosses djèlées aussi râte passées, parrain.ye a sèmé yè planté des ounions, des ails, des chalottes yè pu târd, des pètotes, du serfu, des carottes, des porias yè du pèrsin.ye.

I n'avoût pu qu'à ratinde què çà pousse, pindint qu'les deux gamins.ye d'allinne.tè rsaquî les monvés criyaus après l'èscole.
Quand il a couminchî à fé mèyeû, iun.ye des occupants du potadjî, ène miyète pressé, avoût - maugré què les saints d'glace stinne-tè co à v'nu - dja èrpiquî ène raû.ye dè salâdes.
In djoû au matin.ye, arrivé timpe su l'labeûr, i n'vwa pu ni friche, ni frache: èle ligne dè salades avoût disparu. I n'folloût nî cachî midi à quatorze eûres: on les avoût volé.
Pu râte què l'vint d'bije, èle nouvèlle fé l'tour dè l'hamia. Les djardînîs d'guère, foûr in colère s'èrtrouv'tè àl 'comune alintour du champète. Grosse discussion. Grande dècision. I n'a fonq'in affère à fé: montér d'garde par nûte.
Eyè c'esse-t-ainsi, qu'in coûp par sèmin.ne, nos pa èrtrouva ess'n'ome dè coupe pou passér, dvins n'pètite cahute, èl'nûte à survèyî les plantations.

doryphores

Les pètotes ont l'vé, on les a rin.motté au gro.yau yè c'est ène sèmin.ne pu târd qu'on vu des monchas d'doryphores èss' mète à tâbe come des goulafres.
Pindint n'sèmin.ne, èm'frère yè mi avons sté oblidjîs, après l'éscole dè daler ramasser les ptites bièsses avû leû gilèt à ligne. Nos les m'tinne-tè dvins ène bwate à consierve yè on les fèjout rosti à l'alcol à brûler. (NDLR: Nî pou les mindjî, rasseûrez-vous)
 Après tout l'maû qu'on a yeû, qué pléji dè trouver dsu l'tabe les bias légumes yè les bonnès pètotes qu'on n'trouvoût pu au boutique !

tabac

L'année d'après, les omes ont indvinté dè planter du toubaque. Parrain.ye a sté pa.yî ène taxe à l'commune yè il a pu mète ène dijène dè plants.
Ele récolte a sté magnifique èyè on a ramin.né, su l'tchèrète à bras, in ballot dè bèlle yè lardjè feû.yes qu'on a mis sèqui au guèrnî.
Quand l'toubaque a sté à drèmme, papa yè parrain.ye ont roulé n'feû.ye bî sèrrée yè l'ont dèscoupée tout fin.ye au couteau. Inchène is-ont roulé leû première cigarètte yè l'ont allumé inchène padvant tout l'famîye.
« Cà sint bon » dîjtè les deux coumères. « In odeûr dè violète » rajoute maman.
A l'chinquième bouffée, les deûs omes toussent-tè au pu foûr, in brè.yant des deûs îs.
Intrè deûs quintes, parrain arrive à dire: « Il est trop foûr; c'est du cî pou l'pipe ».
Maleûreûs'mint, min.me à l'pipe, i n'ont jamais arrivé à l'fumer!. On l'a fé gouster à tous les fumeûs qu'ont passé pa l'mézon. Pèrsonne n'in d'a volu. Pou fini, i d'a iun.ye qu'è parti avû tout l'rècolte. Putète pou l'vinde aux Allemands ?
On n'a pu pa.yî d'taxe. Avû les yârs, no grand-mère a acaté des plants d'tomates qu'elle a mis à costé des garènnes à lapins.ye.

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (1)

Commentaires

Djardinî d'guère Très bien; C'est plus savoureux en wallon

Écrit par : Christian Polet | 19/12/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.