24/08/2009

4. Pourmènades


1937_15

  Quand dj'avoûs chonq ans – deûs-ans d'vant l'guère 40- Scaussènne èstoût co in vré bia p'tit villâdge.

Come dji d'moroûs avû mes grands-parints yè mes parints d'vins n'mézon dè l'rue Haute a-yuss' qu'i n'avoût què 3 mètes dè djardin(ye), no maman mètoût m'pètit frère dvins s'vwatûre d'èfant yè nos-inmin-nous pourmènér in dèwoûr du villâdge chaque coup qu'i fèjoût bon.

Pou in arpèyant come mi, c'astoût l'mèyeû cadeau qu'on povoût m'fé: èm' lèyî couri dvins les pièssintes, à l'drève du comte ou bî aulon dè l'rivière, dè l'Follie djusqu'à l'dème.

C'astoût co l'temps qu'i n'avoût tauprès poû d'autos su les tchmin(yes), qu'o, léchoût pousser les coklikos yè les bleuwès dvins les tchamps, qu'on vèiyoût co les spinokes barlaurer dvins les yaus clères dè l'Sènète èyè qu'i n'avoût ni d'télévision pou tnu trankiyes les èfants au culot du feu quand i-z-avinne-tè fé leûs dvwârs.


Tous cès byas moumins, dji les ai racontés dvins n'tchanson:

Djolis cwins

1. Tout èfant, bî souvint no maman,      

     Pa lès bias d joûs d’èsté,

     nos min.noût pourmènér

D'vins lès vwéyes, dsu les vièrtès-uréyes

Tout-au lon dès vîs tchmins(ye)

Dè l’D me ou bî Trîré(ye).

Nos djouwines aus-Indiyens,

Nos ryînes à scafyées

Eyè nos stin’infin(ye) contins.

D'jolis cw ins(ye), vos-avéz sté témwins

D’in b ia bokèt dè m’vîye, dji n’l’oubli.ye nî !

Q uand on r’vènnoût, bî souvint in sinssî

Criyoût « Hô» pou no fé caressî ses tchfaux.

Djolis cwins(ye), vos m’rappèl’réz toudi

Mès p’titès joies d’gamin(ye),

Djolis p’tits cwins(ye).

2 . Bî pus târd, à quinje ou bî seize ans,

Pa in bia djoû d’printemps, dj’ai sté r’fé l’pourmènâde,

Dlé richot qui keûrt pinvî Trîré(ye),

In plène après-din.ner ,

Dji m’ai couchî dlé l’yau,

Eyè dj’ai ascouté,

Alintour dè leû nid

Deûx p’tits mouchons tchanter pour mi.

Is m’ont dit, dèvins leu n’arguèdin.ne

Què çà d’in valoût l’pin.ne d’ièsse amoureux

Quéques-ans après, dj’ai min.né m’fiancée

Pourmènér pinvî l’Déme yè Trîré(ye). A don...

Djolis cw ins(ye), vos-èréz, dj’in sû seûr,

Stés on n’pû contins d’vîr no boneûr.

3 . Quand, l’vièyèsse em’fra avoût l’balzin(ye),

On dîra qu’ça èst bièsse dè vîr voltî dès tchmins(ye).

Mais pour mi, pourmènnnér dvins les tchamps

Cà m’rappèl’ra m’djon.ne temps,

Tous mès sondges d’étudiant

Em’boneûr d’amoureux,

Y è in r’viyant m’d jon.nèsse

D j’èrai l’occasion d’yèsse contint

D ’jolis cw ins(ye) dji vos d îréz adieu

Espèrant què l’bon Dieû èm’fra l’pléji

E m’fra l’pléji, d’avoût fé l’paradis

Aussi bia què les p’tits cwins d’pachî, par ci.

Pac’qu’ainsi, dji les-èréz toudis,

Cà , çà sèra pour mi, èl’paradis.

Paroles : Marcel POLE T

Scaussènne, sètimbe 1959 .

Peut se chanter sur l’air de « Petite F leur »

Musique de Sydney BECHET .

1935_01

 

 

Écrit par Puvipusot dans Général | Commentaires (0)