21/03/2006

A l’Barrière

 

 

 

Em’ grand-mère du costé dè m’mère, èm’maraine Esthèr, astoût garde-barrière, au passage à niveau 17, su l’ligne dè Scaussènne à Tubije. Ele dèmoroût dvins l’maisonnète du tchmin d’fyèr’.

C’astoût l’plasse a-yu c’què tout l’monde in-moût l’mèyeû dalér : em’ man, pacqu’èle povoût vîr ses parints, èss’ seûr èyè s’frère,    nous-ôtes, les éfants, pacqu’il avoût droula pu d’libèrté, pu d’fantésiye, qu’à nos méson.

A l'rue Haute, d’vins l’villâdge, sans pou dîre dè djardin.ye, nos-avinn’es dandjî  d’couri, yè c’est pou çà què no maman nos-inmin.noût, kate tchink’ coûs par sèmin.ne à l’Barrière yusse qu’èle nos lachoût comme des gadlots.

Parain Marcel – c’èsse-t-inssi què nos-appèlinnes èl’ deûzième ome dè marraine Esther – travayoût come piyocheû èl’ long du tchin d’fyèr. Quand i r’vènoût dè s’n’ouvrâdje, i wardoût èss’bleuse tènue yè m’toût su s’tyèsse à l’plasse dè s’kèpi, ène caskette ou in grand capia d’soleye swivant les sézons.

Sans djokî, au bon temps, èle dèrnyère bouchéye avalée, i s’mètoût à l’ouvrâdje dvins s’djardin a-yusse qu’il avoût toudi n’sakè à fé. I couminchoût pa mète les deûs gâtes à pachî, avû n’ tchin.ne yè in pikèt, dèssus l’uréye du tchmin d’fyèr. Pus târd, i les rintroût yè  i les trayoût. Intrè temps i ramassoût des légumes, sarcloût, rinmottoûs les pétotes, plantoût des porias ou des pièrches à fèves. I n’arrètoût què pou dalér dormi.

 

 

Dvins l’bos qui stoût là tout contre, i dalloût ramassér des cuches mortes. Avû s’n’apiète, i les coupoût à longueur yè i rvènoût avû n’ fachènne su s’n’éspale.  Cà li syèrvoût pou tchauffé l’foû qu’il allumoût tous les kinje djoûs pou cûre ène douzin.ne dè pains.ye qu’il avoût pétri djûsse avant.

Deûs coûps par an, avû in loupin.ye, i vûdoût l’fosse à puria dèvins des sayas qu’i portoût à spale avû in goria yè qu’i dalloût vûdi su s’djardin.ye pou  l’ringressî.

Tous les ans i fauquyoût deus-âres dè pachî, dsus l’ba-costés du tchmin d’fyèr  yè on li donnoût in coup d’main.ye pou rintrer les bottes pa l’bowette du guèrnî dè l’plasse dè d’dière ou bî audzeûr du ran des gâtes.

No n’avinnes pu qu’à passér à l’cuvèle quand no rintrinnes à no maison.

Écrit par Puvipusot | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.