16/03/2006

Nos dalons nadjî à l'Déme

Iun(ye) ou bî l’aûte des diminsses d’èsté, no dallines pinvî l’Déme, pa l’vwéye des « Crachées » qui s’estind èl’long dè l’Sènète in partant du tournant in bas d’èl’ Follie.

No man ènn’ mankoût nî dè no raplér el fauve dès buwées èrlavées par nûte pa les abitantes du « Trau des Fées ».

Arrivé au tournant dè l’montéye du tchmin  d’Wattiamont, qui s’in va pinvî Ronquières pau Poirî, nos-intrinnes dèvin l’boskèt pa l’forrière qui min.noût au tchamp ou au pachî d’in sincî des invirons. Nos deskindinnes èl talu yè on arrivoût au boûrd dèl rivière su in ptit coin d’pachî, twas-appas d’finnès-hierbes poussées su les flûs d’arzèye què les yaux avinn’tè pyerdu dins l’tournant. On stindoût n’couvièrte à tèrre pou s’assîr. Nos rsakinnes nos solés yè nos tchaussèttes yè nos pèstélinnes dèvins l’yau, tordans nos chvèyes yè scorssant nos-artias. Nos-appèlinnes ça nadjî.

Heûreûz’mint, no mère, qui pinsoût toudis à tout, avoût dvins s’kertin(ye) ène boutèye d’iauxigénée èyè des bokèts d’lokes pou sougnî les cochûres.

Quand nos-avons sté in pau pu grand, à l’min.me place, on intassoût des cayaux, on les mass’noût avû des berdou(yes) èyè des f’nasses pou fé in bârâdje yè on arrivoût a fé montér les yaux djusqu’à 50 cm. I n’s’agissoût nî d’roubliyî  s’èscann’sson d’bin(ye).

No mindjinnes no rsinné d’bonne appétit yè dèvant d’raler, no man no fèjoût dèsmontér l’bârâdje in dijant quèl mon-nî d’Combreuil daloût marner in viyant qu’i n’avoût pu d’yau dèvins l’bièf.

Écrit par Puvipusot | Commentaires (6)

Commentaires

Je suis le 5e visiteur ! Bravo ! J' y reviendrai. Il est vrai qu'il est un peu déroutant de lire le wallon mais en lisant le texte à haute voix, c'est déjà plus clair. Ma connaissance du wallon est davatage orale qu'écrite mais c'est déjà ça... Je vous souhaite bien du plaisir pour la création de ce blog et je ne manquerai pas de noter un lien dans le mien, vers le vôtre. Bonne continuation, Puvipusot !

Écrit par : Nadine | 16/03/2006

Répondre à ce commentaire

FELICITATION Super!!!! continue comme ca, je repasserais te lire un de c quatre matin ;o)

Allez jusqu' a torat ;o)

Écrit par : Ange | 19/03/2006

Répondre à ce commentaire

D'ai mau cochî ! A l'barrière : d'ai pointé su zèro pinsant passer à l'page suivante; di n'ai nî vu què s'astoû pou voter.
Saquî l'zéro yè mètté chinq.
Ca m'plaît foûrt bî vos istwâres surtou quand c'est scri in wallon, d'aprind ainsi l'orthograf. Beau travail Marcel.

Écrit par : Christian B | 17/12/2006

Répondre à ce commentaire

On a tertout fé l'mêm, pour mi c'estou d'in l'sylle à ghilinghi, no disîme : al fosse, un tro avu del berdouille...

Écrit par : Claude | 07/04/2007

Répondre à ce commentaire

Je suis occupé à la rédaction d'un "Lexique wallon du parler du Centre" et suis à la recherche de tout texte susceptible de compléter mon vocabulaire (sûrement) déficient. Si c'est évidemment possible, vous pouvez m'en envoyer par e-mail AUTANT QUE VOUS VOUDREZ!!! Merci d'avance.

Écrit par : Robert Taquet | 22/10/2009

Répondre à ce commentaire

DU BAUME AU COEUR Qu'il est plaisant de lire nos racines. Je suis un ancien écaussinnois qui réside maintenant dans le sud de la france et lire vos histoires me replonge dans mon enfance. Surtout continuez à nous faire rêver. Bravo et bonne continuation. P.S. je vous transmets un peu de soleil.

Écrit par : roland de craecker | 18/04/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.